headerphoto
Accueil Sophrologie L'accompagnement sophrologique
L'accompagnement sophrologique Envoyer

Pourquoi décider de consulter un sophrologue ?

Quel que soit son motif initial, la personne qui fait le choix d’un accompagnement sophrologique, s’offre un grand cadeau: elle s’octroie ainsi une nouvelle rencontre avec elle-même.

C’est un peu comme s’il s’agissait de remonter un fleuve à contre-courant, pour revenir à la source ; une sorte de voyage où l’on se débarrasserait - à mesure que l’on avance - des vieux oripeaux, de toutes les charges émotionnelles que l’on a accumulées depuis notre conception, voir bien avant, à travers les générations qui se sont succédées (mémoire atavique ou transgénérationnelle) jusqu’à cet instant.

La découverte de soi…

Elle débute dès la première séance de sophrologie. Je reprends contact avec mon corps, ou, selon mon histoire personnelle, je pars à sa découverte, autrement.

Si je suis submergé par mon mental, j’expérimente alors une « nouvelle dimension » du Soi ; vivant jusqu’à présent essentiellement dans ma tête, je découvre mon corps. Si j’étais dans un rapport particulier à mon corps, c’est une nouvelle relation à soi qui commence, en ce que le rapport à mon corps évolue positivement.

Puis, au fil des séances, j’apprends à me débarrasser de mes pensées négatives. Cette démarche peut s’assimiler à « un grand nettoyage ».

Depuis des siècles en effet, l’homme occidental fonctionne selon un système de pensée - inscrit dans l’inconscient collectif - consistant à détecter du négatif partout où il peut en trouver, en toute situation, chez lui comme chez les autres. Il en a imprégné tout son esprit et tout son corps.

Aujourd’hui la sophrologie permet à celles et ceux qui seraient prisonniers de ce système de pensée, d’en sortir, de s’en libérer ; et va plus loin encore, en nous apprenant à « somatiser le positif » de notre vie, partant du principe que si le cerveau possède des mécanismes de somatisation du négatif, il est aussi capable de somatiser positivement.

L’impact de la pensée positive sur la santé.

Durant ces dernières décennies, les neurosciences se sont beaucoup intéressées à l’interdépendance du corps et du mental.

Ainsi, de nombreuses études ont permis d’évaluer chez des sujets bien portants et chez des sujets malades, l’impact de pensées positives, d’images, de sentiments ou de sensations agréables sur leur santé physique et mentale.

Parmi ces études, nous pouvons citer une expérience de Norman Cousins décrite dans son livre « Head First ».

Il lui a été prélevé deux échantillons de sang ; le premier échantillon a servi de référence. Le deuxième a été prélevé cinq minutes plus tard.

Entre ces deux prélèvements, il a eut des pensées agréables, positives et sincères, essayant de ressentir en lui un profond bien-être.

Les résultats furent étonnants : en cinq minutes, il y eu une croissance moyenne de 53% dans les différents composants de son système immunitaire, de 30 % pour les cellules NK (natural killers) à un taux de 200% pour les cellules T.

Quelle que soit notre histoire personnelle, c’est par une pratique guidée par le sophrologue, complétée d’un entrainement régulier en dehors des séances, que nous apprendrons à accéder à l’unité de soi, à l’harmonie de notre corps et de notre esprit ; l’un ne pouvant fonctionner sans l’autre, sans créer un déséquilibre psychique et ou physique.

L’ouverture du champ de conscience.

Vivre l’unité harmonieuse de son corps et de son esprit, est une prise de conscience fondamentale pour un individu, quelle qu’ait été sa relation au corps.

C’est une porte qui s’ouvre sur une conscience nouvelle que chacun est ensuite libre d’approfondir, par des séances axées sur l’ouverture de ce champ de conscience.

Il est ainsi donné à chacun de découvrir, développer et vivre une perception plus fine du Vivant, en soi et au-delà de soi, et de rompre enfin avec le véritable Isolement celui qui consiste à être coupé du Soi. Je me reconnecte à mon être tout entier, je fais l’expérience d’une relation nouvelle à soi, aux autres, à tout ce qui m’entoure ; je ne suis plus prisonnier de mon mental ; comme si une partie de moi était en toute chose.


« Liberté, Responsabilité, Dignité » : ces valeurs prennent tout leur sens.

 

 

Retour